lespapys45

Lieu de DĂ©part 9/30

St Jean le Blanc

Dès le 18/09 inclus retour des départs à 9h

A la page 9-30 des parcours ( fin de page)

sortie du 20/11 par Thierry

6 sur le vélo et 25 sous la couette
Au réveil, il faisait 25 sous la couette et j'étais bien. Je me lève, je ne sais pas plus pourquoi, me recouche. Je me relève. Il ne pleut pas. Je m'habille, je me bouscule. Mon oreiller me dit "reviens, reviens." Une banane et c'est parti.
Sur place deux blousons fluos jaunes sont là. Isabelle et Fred. Arrive Yann le breton. Bon cela ne veut rien dire sur la météo. Arrive Pierre, qui est de St Emilion, ce qui ne veut rien dire non plus.
Au loin est-ce un avion, une fusée, une météorite ? Non c'est kiki la loco de Chaingy, qui est chaud comme la braise.
Bon ben il est l'heure. Personne à l'horizon.
En binôme pour commencer. Il fait sec.
A l'ouest le gris est profond et le vent est de sud ouest. Au sud le ciel est encore lumineux. Et Kiki décide de le rejoindre au plus vite ce sud lumineux. Pas si vite que cela puisqu'on est d'accord et on roule avec lui. Pierre décide que ce matin il ne prendra pas un relais. Il a tenu parole. On prend chacun notre relais vent de face. Soudain j'entends " Tiens j'ai l'impression qu'il commence à pleuvoir" Mais nooooooon ! Ben Ouiiiiii ! Plic ploc font les gouttes sur les Blousons. A Farges je mets mon anti pluie. Il protège que le haut. Les surchaussures font effet 5mn, les gants s'engorgent. La pluie est là, tenace mais peu dense. Ca dure une heure quand même.
On croise d'autres cyclistes. De loin c'est comme les champignons, on pense qu'ils sont bons mais de prêt c'est la déception. On pense qu'ils vont rejoindre le groupe et puis non. Déception.
Pour Kiki , cela ne change rien. En ancien marin qu'il est, le vent, la pluie comme des embruns, le froid lui sied bien. Il se réalise, il est heureux. Donc il est devant.
Moi j'ai froid. Les doigts sont froids et j'ai chaque pied qui pèse 1 tonne de flotte, le nez qui coule et les lunettes qui ne servent à rien. Et j'ai faim. Je pense au 25 sous la couette, copains et température, et au 6 sur le vélo. 6 comme la température. 6 comme des fans optimistes de vélo.
Petite pause à Souvigny. 5mn pour enlever les gants, détacher le blouson et ouvrir la pâte de fruits.
On repart. on va directement à Sennely puis Marcilly en passant par la côte des Foucaults.
On repart mais pas longtemps. Isabelle décide de crever.
Tubeless ou chambre ? Le mécano d' Isabelle, Fred, dit “ Tubeless”. Le liquide coule le long de la jante. Le démontage est rapide. C'est un pro. Isa tient le vélo, nous on regarde l'artiste.
" c'est chouette d'être une fille dans ce cas là " Ce n'est pas de moi.
Cette fois on fonce vers l'arrivée. Le soleil apparaît déjouant toutes les prévisions. Pas longtemps.
Les Foucaults, Marcilly, St Cyr. Ca y'est il repleut.
Beaucoup, dense et froide.
Plus on s'approche d'Orléans, plus il pleut.
Pour Kiki rien ne change. Lui devant, les autres dans sa roue. Enfin Fred et Isabelle. Ils décident de faire les pancartes. Moi je reste avec mes camarades pierre et de temps en temps Yann. On n 'abandonne pas les hommes dans la pampa.
Vers St Jean le Blanc, c'est de pire en pire.
Pierre décide de prendre un relais. C'est beau.
A l'arrivée Kiki est déjà en route vers Chaingy. Nous on rentre au chaud.
Déshabillage du bonhomme sur le palier, nettoyage du vélo, douche et une bouteille de Bordeaux.
Une belle sortie de m.... mais totalement dans le BANZAÏÏÏÏÏϨ!

Service gratuit facile et accessible Ă  tous

Créer un site Internet gratuit
Créez votre blog pro avec